Qui suis-je ?

J’ai cherché longtemps des sites ou des livres qui traitaient du vin dans le cinéma; Et je n’en ai quasiment pas trouvé, à part un ou deux sites américains ou quelques articles citant deux ou trois films, mais jamais de livres ou de sites entièrement dédiés au cinéma et au vin.

Alors que, dans de très nombreux films qu’ils soient français, américains ou d’autres nationalités, on trouve souvent beaucoup de scènes autour d’une bonne bouteille de vin. Il y a également un certain nombre de films qui sont tournés dans des vignobles et dont le sujet principal est le vin Sideways, Mondovino, Une grande année, Tu seras mon fils

Réunir deux de mes passions – parmi d’autres – : le vin et le cinéma.

La passion du cinéma, je l’ai depuis que je suis toute petite. Mes parents m’ont montré très jeune des chefs-d’oeuvre du septième art. J’ai été bercée par les films de Renoir, de Billy Wilder, d’Hitchcock, les comédies musicales de Jacques Demy, l’univers de François Truffaut, la sensualité de Marilyn Monroe,  la beauté de Brigitte Bardot, l’humour de Charlie Chaplin, de Buster Keaton, de Jack Lemmon… les films me faisaient rêver et voyager et rendaient la réalité plus gaie et magique.

Et le vin? Cette passion est née lors d’un moment de notre vie familiale qui a duré trois années et que nous avons passé en Bourgogne, à Beaune plus exactement, la capitale du Bourgogne! Dans cette ville, tout ou quasiment tout tourne autour du vin. Le tourisme, les entreprises de négoce, les viticulteurs, les vignerons, les syndicats professionnels évidemment mais pas seulement. Il y a quelque chose de magique à Beaune qui fait que ce n’est pas une ville comme les autres. Quelque chose qui est là, présent, qui lui donne son âme et sa raison d’être, qui est partout et nulle part, qui est présent et impalpable, qu’il faut aller chercher, à l’image des hospices de Beaune au cœur de la ville, austères, gris et sombres à l’extérieur et tellement beaux, magiques, chaleureux dés que l’on passe le porche et à la vocation magnifique.

Et le vin ressemble à cela. Un verre de vin finalement peut ressembler à un autre. Et lorsque l’on y regarde d’un peu plus près, lorsque l’on voit les reflets tantôt couleur brique, tantôt rouge sombre, parfois grenadine, lorsque l’on fait tourner le verre et que les effluves se distinguent… alors aucun vin n’est comme un autre!

Parce que le vin c’est la convivialité, la bande de copains, les discussions à n’en plus finir, les rigolades autour d’une bonne bouteille. Parce que c’est une pause dans l’histoire, parce que c’est un moment partagé, heureux, joyeux. Parce que c’est aussi un moment profond, propice à l’honnêteté, la transparence, la sincérité.

Parce que parfois, certaines scènes dans des films trouvent leur raison d’être et leur profondeur car elles se déroulent autour d’un verre, d’une bouteille ou encore dans une cave au milieu de bouteilles. Et là, je pense aux Enchainés où la cave est le lieu de la solution mais où la clef de la cave signera la perte d’Ingrid Bergman, et plein d’autres films plus légers…

Parce que le vin peut enivrer. Quelques merveilleuses scènes de films se font car les protagonistes ont dégusté, légèrement abusé de breuvages qui montent doucement à la tête, qui désinhibent, qui rendent les femmes un peu plus roses et mutines et les hommes beaucoup plus drôles et loquaces…

Mais aussi parce que le vin peut conduire trop loin. Parce qu’il est le témoin et l’objet de descente aux enfers, parce que son abus est nocif et peut-être mortel. Parce que certains s’y sont perdus et qu’il faut aussi l’évoquer. Parce que cela fait partie de la vie.

Parce que le vin est magique. Parce que le vin nous enivre. Parce que le vin est le fruit de la terre et du travail des hommes. Parce que le vin peut être exceptionnel. Parce que le moment de sa dégustation extraordinaire. Parce que le vin, c’est la curiosité, la connaissance la convivialité, le partage, la subtilité.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Pour que le vin reste un plaisir, une découverte, une dégustation, un moment de partage et de convivialité, une ouverture aux sens, un souvenir transcendantal.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *